Objets en cuir repoussé : origine

Aujourd’hui, premier billet sur nos artisans et les origines de nos articles de décoration en cuir.
Le cuir sculpté :

Riche de nombreuses tribus nomades (peuhls, touaregs), le Mali est un important producteur de peaux en Afrique de l’Ouest (chèvres et moutons principalement). Le cuir constitue encore l’une des principales recettes d’exportation du pays.

Les Touaregs s’approvisionnent sur le marché local en peaux tannées artisanalement. Le choix de la matière première est très important, car leur travail exige une peau parfaitement lisse, souple et régulière. Spécialistes du travail de l’or et de l’argent, les forgerons touaregs ont adapté leur savoir-faire au travail du cuir, qu’ils sculptent à l’aide de poinçons et de gravures au couteau.

Ils réalisent ainsi de nombreux objets : boites de rangement, coffres, cadres photo, pieds de lampe, petits meubles, porte cd, tables de salon… Pour confectionner la structure des objets, ils utilisent du bois importé ou des tubes en plastique de récupération. Les supports en carton qu’ils collent à la surface du bois leur permettent de réaliser des motifs en relief.

Le tout est ensuite soigneusement recouvert de cuir. C’est à ce moment que le vrai travail de l’artiste commence. Il va sculpter et graver des motifs géométriques à l’aide de poinçons et de la pointe d’un couteau.

Plateau en cuir recyclé

Vous pouvez donc recevoir 2 articles identiques avec des différences de teintes ou de motifs, nos artisans sont des créatifs qui laissent libre cours à leurs imagination …c’est ceci qui fait tout le charme de nos objets et qui les qualifient le mieux: unique et de qualité.
Quelques artisans qui travaillent le cuir :

Le groupement Taflist

TAFLIST est un groupement informel d’artisans touaregs, qui se réunis en un même lieu pour travailler et partager leur savoir-faire. Chaque artisan travail pour son propre compte, mais les artisans partagent les commandes entre eux et se répartissent les bénéfices.

Tous disposent d’un savoir faire traditionnel transmis de père en fils. Ils réalisent des objets de qualité dans des conditions très simples. Des apprentis peuplent aussi l’atelier. Ils apprennent le métier « sur le tas » , comme l’ont appris leurs pères, réalisant d’abord de petites tâches d’accompagnement de la production, pour évoluer progressivement vers des tâches plus élaborées.

Les apprentis bénéficient d’une rémunération journalière. Ils sont nourris par les responsables de l’atelier et peuvent aussi, lorsque le temps le permet, réaliser de petites choses avec des chutes de matières premières et les revendre à leur propre compte. Artisans de Gourma Rarhous : Cette association Touareg regroupe depuis maintenant 4 ans une vingtaine de personnes, hommes et femmes, tous installés à Ségou. Ceux-ci réalisent de nombreux objets en cuir sculpté, comme des coffrets, des miroirs, ou encore des boites à bijoux.

Tous les membres ont appris ce métier de leur père. S’ils se sont rassemblés, c’est pour surmonter les difficultés auxquelles ils sont confrontés, en ce qui concerne l’approvisionnement en matières premières par exemple, et également pour être sur d’avoir un revenu régulier, l’ensemble de la production vendue étant toujours redistribuée de manière juste à chacun.

L’atelier dans lequel travaillent ces artisans a été en partie réalisé grâce au comité de jumelage de la ville d’Angoulême, qui a financé certains travaux.

Sidy KORKOSS

Sidy Mohammed Korkoss représente un petit groupement de trois frères artisans vivant à Bamako dans le quartier Dioumanzana. Cet atelier confectionne des articles de maroquinerie de très bonne facture, (cartable, porte monnaie, portefeuille, etc.) Bénéficiant d’une clientèle locale, ces artisans ont réussi à se développer grâce à leur savoir-faire et ont réinvesti dans l’activité, notamment pour acheter une machine à coudre. Les deux jeunes frères de Sidy sont en quelque sorte ses apprentis.

C’est lui qui réalise toutes les grandes pièces (cartables, sacs…) Les frères sont là pour l’assister (couper, coller…) Cependant, lorsqu’il n’y a pas de commandes en cours, ils réalisent pour leur compte de petits articles type porte-monnaie (faciles à réaliser et nécessitant peu de matières premières) qu’ils revendent ensuite à des marchands au Marché des Artisans.

Vous en savez désormais un peu plus sur l’origine des produits en cuirs présents dans votre boutique déco ethnique ainsi que sur les artistes qui en sont à l’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *